You are currently browsing the monthly archive for septembre 2007.

quelques km avant d’arriver a Oulaan Baatar, nous nous arretons pour prendre une derniere respiration saine: au loin nous apercevons la ville derriere un voile de poussiere, un ecran brunatre de pollution reste en suspension et les usines dispersent leurs volutes grises. entouree de hautes collines sacrees, la ville s’etend tout en longueur sur au moins 20 km et alors que nous croyions etre au centre de la ville, nous ne sommes qu’au tout debut de la carte … nous telephonons a Midkhat qui a fermement accepte de nous recevoir chez lui; son telephone est eteint !!! nouvelle tentative une bonne heure plus tard, toujours rien et pas de plan B. un homme vient a notre rencontre dans la rue et nous invite spontanement chez lui; nous acceptons son invitation, esperant parvenir a joindre notre hote le lendemain. Ourta habite completement a l’oppose de la ville, c’est l’heure de pointe, nos petits poumons aux alveoles bien ouvertes ne sont pas contents … 15 km a nous faufiler entre les gros 4×4, les bus et eviter les pietons qui deboulent a tout moment.

p9123814.jpg

nous sommes contents de pouvoir penetrer un brin dans l’intimite mongole, en ville cette fois. Ourta admet que sa femme lui manque: elle vit aux USA pour aider sa fille qui y suit ses etudes de medecine. pas facile pour un homme mongole de tenir la maison et d’accomplir les taches menageres …  il se sent soulage quand Cynthia lui propose de  l’aider a cuisiner. notre hote est charmant et, ne parvenant toujours pas a joindre Midkhat, il nous offre le logis une nuit de plus. des le lendemain nous irons a la recherche d’une guesthouse, pour la premiere fois en plus d’un an de voyage …

au programme de notre sejour en capitale: l’achat de 2 yourtes en perspective de notre futur projet d’habitat le jour ou nous nous poserons … premiere etape, trouver un transporteur; de fil en aiguille, nous avons trouve le moyen de partager un container avec des inconnus et d’ainsi en partager le cout.

deuxieme etape, comment acheter 2 yourtes, sans s’y connaitre vraiment et surtout sans parler mongole. premiere prospection au grand marche de la ville. ce que nous voyons ne nous convainc pas vraiment. soit on achete les pieces detachees (et l’air de rien il y en a un paquet) soit on achete des yourtes « cle sur porte » mais comment mesurer la qualite de ce que nous achetons, comment savoir si les prix sont justes, comment faire pour tout rassembler, pour tout emballer et quid du transport chez le transporteur … nous nous sentons un peu decourages, pas si simple d’acheter une yourte !!! 

en parlant de notre projet a droite et a gauche, nous rencontrons finalement Daka qui a l’habitude de vendre des yourtes a l’export pour l’Europe. elle nous informe d’abord des adaptations des materiaux necessaires aux climats humides de nos regions. elle offre egalement tout un service de taille, celui de nous fournir les documents necessaires a l’exportation, d’emballer le tout de maniere solide et propre et d’amener le tout chez le transporteur. nous preferons de loin conclure avec elle, qui de plus est charmante. nous allons ensemble visiter l’atelier du bois et celui du feutre, ce qui nous permet d’avoir un oeil sur la tracabilite de ce que nous achetons. les yourtes seront pretes demain et nous allons a l’atelier nous faire la main au montage …

dsc06937.jpg

la commande lancee, il ne nous reste plus qu’a profiter de la ville pendant encore 2 semaines. un deuxieme demenagement nous mene chez l’etonnant Midkhat, une semaine plus tard que prevu. Russe, il travaille pour une compagnie miniere australienne en Mongolie. aimant plus que tout que son appartement soit envahi par un maximum de voyageurs, il deborde d’une incroyable generosite d’accueil.

manquant d’intimite, un peu spartiate et assez bruyant, nous preferons repondre a l’invitation de Daka de nous loger chez elle. troisieme demenagement et nous atterrissons en plein centre ville, dans un petit appartement spacieux rien que pour nous deux … un havre de calme avec plein de facilites, nous sommes ravis.

une fois habitues a la pollution et a la poussiere, nous trouvons la vie dans cette ville assez sympathique.  nous nous sentons bel et bien en Asie: l’attidude des gens, les parfums dans la rue, le desordre ambiant, … alors que la traversee de la Russie nous a completement isoles de l’industrie touristique, le fait de passer quelques jours en guesthouse, de nous retrouver dans une capitale, au croisement de parcours tres touristiques, nous rencontrons d’autres voyageurs en tout genre et aux recits divers.

Saatia est australienne et voyage en Mongolie a la recherche des artisans de yourtes. elle developpe depuis un an un business qui l’amene a exporter les yourtes chez elle. un petit bout de femme pechu qui ne se laisse pas marcher sur les pieds …

Gilles & Brigitte, de Toulouse, sont enseignants et profitent des facilites qu’offre le ministere de l’education pour voyager durant 5 mois. ils ont ete de fideles compagnons dans notre recherche de yourtes, eux-memes interesses a en acheter une. nous nous reverrons pour sur autour d’un bon foie gras artisanal …

avec-brigitte-et-gilles.jpg

Paivi & Santeri, finlandais, voyagent depuis 3 ans a la recherche d’une communaute qui leur permettrait de vivre sans devoir investir dans des biens materiels; pour eux l’argent c’est le diable …

Mohammed, pakistanais, nous a ete d’une aide precieuse. il tient un business notamment d’importation de voitures japonaises de seconde main et nous a permis de resouder l’une de nos remorques; tres beau travail, gratuit en plus. il vit ici depuis une dizaine d’annees et est marie a une mongole; un metissage tres interessant … nous serons a nouveau leurs hotes samedi soir pour un repas pakistanais, miam, miam.

nous avons prevu de reprendre la route dimanche prochain, inch allah si nos yourtes sont pretes pour l’envoi. 650 km nous separent de la frontiere avec la Chine, dont 450 km a travers le fameux desert de Gobi. alors nous nous sommes delestes de quelques objets qui n’etaient plus necessaires pour laisser la place a une reserve de 35 litres d’eau … une etape du voyage qui ne manque pas de nous exciter …

a bientot,

Cynthia & DoM 

Publicités

au depart d’Ulan Ude, notre derniere etape au pays de Poutine et des matriochkas, nous disons au revoir a Zoric qui nous a accueillis chez lui avec beaucoup de simplicite et de sympathie, nous bercant des ses notes de guitare. sur la route, les forets denses ont disparu pour ceder la place a des montagnes moins abruptes, des collines arrondies au vert quelque peu desseche par l’ete sec et ensoleille. l’espace s’est encore elargi, au-dessus de nos tetes l’immensite du ciel se devoile petit a petit. on apercoit deja des troupeaux de chevaux galopant en liberte. la Mongolie n’est plus tres loin …

l’escale de ce soir est une premiere pour nous. nous nous arretons dans un monastere a une bonne 40aine de km d’Ulan Ude, centre du boudhisme siberien et sommes invites a passer la nuit sous une yourte qui sert quotidiennement de cafe pour les visiteurs de passage. l’espace est tres chaleureux, le sol recouvert de tapis nosu permettant d’y poser nos matelas; meme les velos auront droit d’y dormir tant c’est spacieux. la petite cerise sur le gateau, c’est le chien qui se poste devant la porte et chasse les rodeurs …

il est temps pour nous d’entamer la phase definitive de l’adaptation mentale a quitter ce pays que nous avons tant aime. presque plus en Russie, pas encore en Mongolie … les quelques 300 km qui nous separent de la frontiere representent pour nous comme un espace de no man’s land ou nous vivons des sensations parfois etranges. c’est une autre Russie que nous decouvrons ici, les paysages ont change, et les facies sont deja types mongoles. nous privilegions les nuits sous la tente, sentant les villages moins accueillants, souvent eteints, nos quelques rencontres ne nous menant pas jusque chez elles; nous nous retrouvons entre nous pour cette etape du voyage.

mardi 21 aout, nous arrivons a Kyakhta, ville frontiere aux allures de garnison. nous passons a cote de casernes militaires et de nos selles on apercoit des equipements et des infrastructures tels que nous nous demandons si une guerre se prepare entre les 2 voisins. beaucoup d’uniformes dans les rues, des douaniers, des policiers, des militaires. nous voulons passer la frontiere le lendemain matin; l’endroit ne nous inspire pas pour y planter la tente, beaucoup de barbeles, des terrains militaires, les villes frontieres sont souvent des endroits particuliers. nous nous resignons a prendre une chambre a l’hotel du coin.

un controle de routine nous fait rencontrer l’agent responsable de la verification des passeports des etrangers. quelques bribes des conversations tenues avec nos rudiments de Russe …

– combien de temps avez-vous passe en Russie ? plus de 11 mois

– ou sont vos tempons d’enregistrement ? la

– mais en tant de temps vous n’avez qu’un seul tampon ? nous avons ete enregistres pour une periode de 6 mois cet hiver. l’officier qui s’en est charge nous a confirme que l’enregistrement a ete fait de maniere informatique et que nous n’avions desormais plus besoin de tampon.

– pourquoi vous n’avez pas de tampon ? parce que nous sommes enregistres par ordinateur. voici les coordonnees de la personne qui s’est occupee de nous enregistrer, vous pouvez l’appeler.

– donnez-moi alors votre telephone nous n’en avons pas.

– alors je ne peux l’appeler, ca coute trop cher mais vous avez un telephone dans votre bureau, pourquoi ne pas l’utiliser ?

– ce n’est pas mon travail  

elle revient plus tard avec un formulaire en Russe en nous expliquant que nous devons payer une amende de 2000 roubles (environ 60 euros) chacun. nous demandons a pouvoir avoir un interprete, une personne qui parle anglais pour que nous puissions nous exprimer pleinement et surtout nous assurer du contenu de ce maudit papier, ne pas signer n’importe quoi. nous recommencons nos explications. l’agent nous dit ne pas disposer de cette base de donnees … vive le progres !!! mais puisque nous n’avons pas LE tampon attestant de notre enregistrement, c’est tant pis pour nous, meme si nous ne sommes pas responsables de ces incoherences dans le systeme.

mais notre etoile ne nous a pas laches ;c)) l’agent, qui au fond d’elle-meme a bien saisi que nous sommes de bonne foi mais doit faire preuve de son autorite sur nous, nous demande si nous comptons revenir en Russie, ce que nous confirmons bien sur et nous dit alors que nous paierons la prochaine fois, oui oui nous repasserons par cette frontiere …

le lendemain, nous arrivons a 9h30 devant les grilles de la frontiere, toujours incertains quant a la possibilite de passer la frontiere a velo (les pietons n’ont pas le droit de passer la frontiere, ils doivent etre dans un vehicule, va-t-en savoir pourquoi, grand mystere que nous n’avons toujours pas elucide). 3 files, pour les voitures, les camions et les petites camionnettes, pas de file pour les velos (ben ca alors !!!); nous choisissons celle des voitures. et c’est parti pour quelques heures d’attente. le personnel arrive 1 heure apres l’heure d’ouverture officielle de la frontiere et laisse passer les camionnettes au compte-goutte, puis c’est au tour des voitures, une par une. vient notre tour, nous nous trouvons en premiere ligne, devant la grande grille, la porte Sesame vers la Mongolie. nos coeurs battent … passera ou passera pas ??? la grille s’ouvre, l’officier nous fait signe de rentrer, youpie, mais tout n’est pas joue, il nous manque THE tampon, le papier que l’agent nous a redige va-t-il nous preserver de reprimandes supplementaires ?

premiere poste, controle douanier, le mec est cool, il ne nous fera ouvrir qu’un sac de remorque et 2 fontes. on a de la tisane en vrac dans un sachet (artisanale, cueillie dans les pres et sechee au soleil), il nous demande si c’est du cannabis !!! il n’a pas du en voir souvent meme si ca pousse partout sur les bords de route … deuxieme poste, une femme avec le sourire monte a l’envers, oups en fait elle ne doit pas avoir le droit de sourire, drilee a montrer les crocs et a etre la plus desagreable possible. on confirme bien que nous paierons l’amende au retour (on compte bien sur l’inefficacite du systeme !!!). c’est bon, on passe …

reste la frontiere mongole, et la c’est la relache: nous sommes accueillis avec des sourires, les douaniers nous apprennent a dire bonjour en Mongole, nous sommes dans un autre pays. une demi-journee plus tard, we made it !!! il parait qu’il faut compter une journee pour passer la frontiere avec la Chine …

nous ne tardons pas pour nous eloigner de la zone frontaliere, nous n’aimons pas ces zones, souvent sales, peu agreables, reperes de toutes sortes de trafics, et surtout nous avons hate de penetrer dans le pays. un ami de Dom nous a vivement recommande d’aller rendre visite a une de ses amies Mongoles, il est 14h30 et nous avons encore une bonne 40aine de km a parcourir pour arriver chez elle. deja nous apercevons des taches blanches dans le fond du paysage: les fameuses yourtes de Mongolie … autour de nous les dernieres montagnes du sud de la Siberie dont nous nous eloignons sous un ciel gris et terne.

dsc06776.jpg

nous nous sentons emplis de joie d’etre en Mongolie, nous volons sur nos bicyclettes. nous arrivons a Shamar devant la maison d’Altan et sa famille bien a temps mais elle n’est pas encore rentree. nous rencontrons son fils qui nous fait rentrer chez eux, nous ressentons deja les difficultes de la langue et ne comprenons pas un mot a ce qu’il nous dit. oups, nous avions oublie ces sensations de frustrations liees a la langue …

Altan rentre bien plus tard, et nous accueille chez elle avec une incroyable aisance, juste en mentionnant le prenom de son ami francais. elle est fiere de parler une langue qu’elle qualifie d’internationale, un melange de russe, d’anglais, de francais et de mongole, et se fait bien comprendre. nous sommes tout de meme rassures de parler russe qu’elle maitrise mieux et d’ainsi pouvoir aussi communiquer avec son mari. nous lui demandons si l’on peut passer la journee du lendemain chez eux, sentant le besoin de nous poser en Mongolie, de nous sentir dans ce pays. et c’etait un excellent choix car il a plu a torrent toute la journee … une journee ideale pour bavarder avec nos hotes justement en conge et faire connaissance. nous avons passe un agreable moment en leur compagnie, merci Olivier de nous avoir indique le chemin jusque chez eux.

de retour sur nos selles, nous nous rendons compte que nous n’avons pas assez de provisions avec nous, habitues a la Russie ou il est tellement facile de trouver des epiceries bien approvisionnees et de l’eau. en Mongolie, les rares villages sont beaucoup plus eloignes et les sources d’eau moins presentes, nous devons prendre l’habitude de prevoir au moins 2 jours a l’avance. heureusement Altan a quelques ressources et nous pouvons acheter quelques produits locaux.

c’est parti, il fait superbe. nous nous eloignons un peu plus des paysages encore proches de ceux de la Siberie, les montagnes deviennent des collines verdoyantes sur lesquelles paturent librement d’immenses troupeaux de vaches, de moutons ou de chevres. nous voyons les chevaux courir en liberte, rencontrons 2 jeunes qui font transhumer leurs troupeaux vers un nouveau campement; ils transportent les quelques affaires dont ils ont besoin a dos de chameau.

on-ne-se-comprend-pas-mais-le-courant-passe-1.jpg

meme si nous suivons l’axe principal nord-sud vers Oulaan Baator, nous nous regalons deja de ces superbes paysages, de l’immensite des terres, vierges de constructions, du beau ciel bleu. le soir, nous montons notre campement a proximite des yourtes, laissant ainsi les nomades libres de choisir le moment de la rencontre, nous ne voulons pas interrompre le cours de leurs travaux souvent vitaux.

rencontre-avec-nos-voisins-dune-nuit-7.jpg

curieux de voir aparaitre dans leur horizon une yourte a l’allure inhabituelle, ils viennent facilement a notre rencontre, pour discuter, ou pour simplement s’asseoir pres de nous, en silence. ils n’hesitent pas a nous inviter a visiter leur yourte et a nous faire gouter leurs specialites.
notre bilan: l’airag ou le lait de jument fermente on a pas aime du tout, c’est aigre et acide. le fromage seche dur comme de la pierre n’avait pas de gout, la creme etait bonne et le the au lait est sale et n’a de the que le nom, c’est juste de l’eau et du lait.

ces rencontres sont aussi l’occasion d’echange de provisions, pour nous du lait pour eux des concombres ou des tomates du stock que nous nous sommes constitue avec tous les cadeaux recus, des denrees precieuses pour les familles qui ne les cultivent pas.

nous craignions les chiens de Mongolie, dresse a garder les troupeaux et repites pour detester les cyclistes. nous n’avons pas encore du tester notre kit de suture, ouf !!! paradoxalement nous avons trouve ces chiens tres timores. ils s’approchent de nous, curieux egalement, nos tentons de les caresser mais bien souvent ils se sauvent. nous les aimons bien ces chiens, ils sont beaux, bien nourris et en liberte comme tous les animaux dans ce pays.

la route est belle; la Mongolie etant un des plus hauts pays du monde, il nous faut passer quelques cols. sur la route, plutot que de nous klaxonner comme en Russie (ce qui nous fait sursauter sur nos selles), les automobilistes nous saluent. les gens sont tellement souriants, tout naturellement, et cela nous allege. meme si nous avons ete superbement accueillis en Russie, nous devons admettre que ce peuple peut montrer un abord froid, peu souriant, mefiant.

au detour d’une montee, arrivant en sens inverse, nous croisons Jack & Marco, 2 Allemands a velo tout comme nous. sympathique rencontre avec des collegues qui font a contre-sens le meme trajet que nous, jusque Irkoutsk seulement car leur temps est compte. nous restons sur le bord de la route pour partager quelques infos sur l’itineraire, quelques points techniques et quelques anecdotes. 

nous croisons egalement des camions souvent surcharges transportant les yourtes et les familles. nous nous sentons proches de leur mode de vie, nomades parmi les nomades …

ce passage en Mongolie, nous a veritablement fait basculer en Asie. nous nous sentons grises de poursuivre notre route au plus profond de ce continent. a l’origine destination finale, Pekin ne devient plus qu’une etape de ce fabuleux voyage.